Vous n’avez pas encore opté pour SharePoint ? Notre liste de contrôle gratuite pour la migration vers Office 365 et SharePoint vous apprendra tout ce qu’il faut savoir. Téléchargez-la ici !


 

Nous avons déjà présenté SharePoint, la prochaine étape est de décrire son architecture. On entend souvent parler des fermes, des collections de sites et d’Active Directory, mais comment ces éléments fonctionnent-ils ensemble ?

Pour faire simple, les fermes SharePoint sont un ensemble de serveurs qui travaillent ensemble pour supporter un site. Il existe trois types de serveurs : les serveurs web frontaux (WFE), les serveurs d’applications et les serveurs de bases de données (SQL).

Serveurs web frontaux

Les serveurs web frontaux (« web front ends » ou WFE en anglais) gèrent les demandes des utilisateurs sur les pages web. Ainsi, à chaque fois qu’un utilisateur ouvre une page SharePoint dans un navigateur, cette demande est traitée par un serveur WFE. S’il y a plusieurs serveurs WFE, un équilibreur de charge (« network load balancer » en anglais) est utilisé pour répartir les demandes entre eux. Cela permet aux entreprises d’adapter leurs environnements SharePoint selon les besoins. Plus le nombre d’utilisateurs est élevé, plus le nombre de serveurs WFE requis pour traiter les charges le sera puisque l’environnement et les besoins des utilisateurs grandissent.

Serveurs d’applications

Un serveur d’applications est un ordinateur qui fournir une infrastructure et des services clés pour les applications hébergées par la/les ferme(s) SharePoint de l’entreprise. Cela signifie souvent que le serveur a été assigné à l’exécution d’applications comme Excel, PowerPoint, Visio et de services d’accès, d’index ou de recherche.

Serveurs de bases de données (SQL)

Un serveur SQL est un serveur de base de données basé sur le langage SQL (Structured Query Language). Ce langage est spécifiquement conçu pour gérer des données dans un système de gestion de base de données relationnelle : une ferme SharePoint dans ce cas.

Maintenant que vous savez comment les collections SharePoint interagissent, il est temps d’examiner les différences entre une ferme individuelle et des fermes multiples !

Ferme individuelle / Fermes multiples

Une ferme individuelle est constituée d’un groupe de serveurs qui interagissent au sein d’un système hiérarchisé pour fournir des services et des contenus. Dans le cas de SharePoint, cet environnement avec ferme individuelle se compose de serveurs WFE, serveurs d’applications et serveurs SQL. Avec une ferme individuelle, vous bénéficierez d’une base de services solide et d’autant de bases de données, d’applications web et de collections de sites que vous le souhaitez.

Les fermes multiples sont quant à elle constituées de fermes de services, de fermes My Site et de fermes de contenu qui ne peuvent exécuter que certains services ou fonctions. Cette architecture permet aux entreprises d’avoir des services spécifiques pour répondre à leurs exigences en matière d’évolutivité, de fonctionnalités et de stratégie.

Image 1. Exemple d’architecture SharePoint à fermes multiples.

Si une entreprise fait le choix d’une architecture à fermes multiples, elle devrait avoir plusieurs administrateurs pour gérer celles-ci. C’est indispensable si l’entreprise a plusieurs départements ou si elle est présente dans plusieurs pays ou régions soumis à des règles spécifiques. Dans ce cas, une architecture à fermes multiples doit être utilisée si nécessaire malgré sa plus grande complexité. Ces environnements multiples requerront une administration et un contrôle plus importants.

Par exemple, si une entreprise XY a des succursales dans plusieurs pays et collecte, gère ou génère des données, il se peut que des lois de protection des données spécifiques doivent être respectées dans chaque pays.

À cet effet, l’entreprise XY peut créer des fermes multiples qui sont spécifiques à chaque pays et conçues pour être techniquement conformes aux règles locales tout en garantissant à l’entreprise une approche homogène de la gestion de l’environnement SharePoint pour les utilisateurs finaux. Cela permettra à XY de s’adapter plus facilement aux réglementations et règles dans chaque région, y compris aux exigences relatives à la protection des données, mais aussi d’assurer à tous ses employés une expérience utilisateur homogène.

Et voilà, c’était un petit récapitulatif de l’architecture SharePoint locale ! Des questions ? N’hésitez pas à les poser dans la zone Commentaires ci-dessous !


Vous recherchez plus de ressources du SharePoint ? Alors n’attendez plus pour vous abonner à notre blog !