Apprenez à tirer le meilleur parti d’Office 365 à notre Webinar 


À lire aussi:
  1. Les canaux privés Microsoft Teams
  2. Quand utiliser Microsoft Teams et les autres outils collaboratifs ?
  3. Migration de Slack vers Microsoft Teams
  4. Guide pratique : comment gérer les notifications dans Microsoft Teams

« Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités »  

Bien que cette citation ait été rendue célèbre par la bande dessinée « Spider-Man » publiée par Stan Lee en 1962, elle reste d’actualité lorsque l’on examine la question de la délégation des tâches d’administration dans Microsoft Teams.

Les stratégies – lorsqu’elles sont appliquées – ont le pouvoir immense d’assurer la conformité des activités des utilisateurs aux règles de conduite de l’organisation. Cependant, que se passe-t-il lorsque ces stratégies sont excessivement restrictives et empêchent des utilisations parfaitement acceptables de la plateforme ?

C’est pourtant bien, et c’est regrettable, la situation qui prévaut dans de nombreuses organisations comportant de multiples services et antennes locales. Des précautions indispensables devant être prises lors de l’utilisation de Teams en Europe ne s’appliquent pas nécessairement aux États-Unis, mais comme il n’existe pas de méthode prête à l’emploi permettant de séparer les paramètres configurés pour les employés des différentes régions géographiques, toutes les personnes disposant de droits d’administration dans l’environnement Microsoft Teams concerné sont contraintes de respecter les mêmes règles. Au point que l’on pourrait considérer qu’un usage irresponsable est fait du pouvoir d’administrer Teams.

La délégation de l’administration à la rescousse ! 

Imaginez ce scénario :

Le service marketing de votre organisation travaille fréquemment avec des fournisseurs externes. Le responsable du service voudrait leur accorder des permissions invités dans Microsoft Teams pour leur permettre de collaborer efficacement, mais le service juridique est opposé à l’idée de permettre à des utilisateurs externes d’accéder à l’ensemble de l’entité car il ne souhaite pas courir le risque d’un accès externe à des documents sensibles. Comment satisfaire les deux parties en réduisant au minimum la charge pour l’organisation ?

Microsoft Teams ne prévoit pas de méthode intégrée pour résoudre le problème. La clé réside dans la délégation des tâches d’administration.

Microsoft Teams et la délégation

La délégation de l’administration repose sur une idée centrale : découper Office 365 en tronçons individuels plus faciles à gérer. Dans le cas de Microsoft Teams, AvePoint peut déléguer les tâches de manière à ce que certains processus métiers, unités ou services puissent travailler conformément à un ensemble de stratégies différentes. Il est possible d’activer des permissions ou des processus d’approbation particuliers pour certains services ou antennes régionales sélectionnés, ou encore pour des groupes d’employés travaillant sur un projet donné.

La solution Cloud Governance d’AvePoint permet d’automatiser l’application de ces stratégies, ce qui vous évite d’avoir à mener la garde pour détecter chaque action non conforme d’un utilisateur. Et en s’aidant de la solution Cloud Management, les administrateurs peuvent facilement déléguer des responsabilités sur la base de rôles ou de paramètres de sécurité aux membres de leurs Teams respectives. De cette manière, même si des stratégies et permissions différentes sont mises en place à l’échelle de l’organisation, votre charge de travail n’en sera pas nécessairement augmentée.


Vous voulez découvrir d’autres conseils de gestion pour Microsoft Teams ? Abonnez-vous à notre blog pour recevoir nos actualités hebdomadaires !